Le Mag...
UnDeuxToi, la référence de la rencontre sérieuse
Inscription - Connexion
Les plus beaux tèmoignages

L'histoire d'une rencontre, l'histoire d'un instant

Tout comme dans la vie, la rencontre sur internet peut parfois prendre des détours imprévus.

L'histoire d'une rencontre, l'histoire d'un instant
Témoignage

J'ai quarante-quatre ans et je suis père de trois enfants que j'aime par-dessus tout. Mon histoire n'est pas forcément hors du commun mais je souhaitais la partager avec vous. Ma femme, mes enfants et moi étions des expatriés et vivions à La Réunion. Ma femme avait eu un grave problème de santé et elle était globalement rétablie malgré quelques séquelles. Je l'ai soutenue tout au long de cette épreuve, je pensais que nous étions heureux et avions une vie de famille épanouie. Certes, notre vie intime n'était pas forcément ce que j'aurais souhaité mais je n'avais pas forcément eu beaucoup d'expériences avant de rencontrer Magali. Aussi, je me disais que notre sexualité, qui avait été relativement monocorde dès le départ, relevait de la normale et ne me posais pas de questions. En effet, j'avais rencontré ma femme vingt ans auparavant, j'étais très timide et me consacrais à ma passion qui, à l'époque, était le surf. Même si mes amis m'encourageaient en me disant que j'étais beau avec mon mètre quatre-vingt-dix, ma peau bronzée, mes cheveux blonds éclaircis par le soleil et mon corps élancé et musclé (je cite leurs propos), je n'avais aucune confiance en moi et je n'osais pas aborder les filles voire même les regarder dans les yeux. Lors d'une fête, Magali m'a repéré et abordé discrètement. Nous avons discuté tout au long de la soirée. J'étais très étonné qu'une fille puisse s'intéresser à moi et flatté car je la trouvais très belle. Nous avons commencé à sortir ensemble. Je suis tombé très amoureux d'elle. Elle m'a forcé un peu la main et nous nous sommes mariés. Très peu de temps après, nous sommes partis à La Réunion où la vie était très agréable.

Quelle que soit ma frustration dans le domaine de la sexualité, je n'ai jamais trompé ma femme même si notre couple tenait plus de la cohabitation qu'autre chose. Notre vie s'était cristallisée autour de nos enfants et je me contentais de cette situation. Nous partagions les mêmes valeurs et nous avions les mêmes projets, ce qui était source d'une certaine complicité. En 2011, nous avons décidé de rentrer en métropole. Nous avons fait les démarches pour notre mutation et quand les conditions ont été réunies, je suis parti en premier, pour préparer le rapatriement de ma famille. Nous discutions régulièrement par Skype et je leur faisais part de l'avancée des préparatifs. Un jour, j'étais au travail, elle m'a appelé et en une seule phrase, elle a anéanti ma vie : ‘ Je veux divorcer ! ‘ J'étais tellement abasourdi que je n'ai pas compris tout de suite ce qu'elle me disait et l'impact que cela allait avoir dans ma vie. Elle a répété : ‘ Je veux me séparer ! ‘ et elle a raccroché. J'ai cru que mon cœur allait s'arrêter de battre, une boule dans le ventre me pliait en deux et je suffoquais au point que le collègue qui partageait mon bureau a dû intervenir. J'ai intégré petit à petit le fait que cette vie commune de vingt ans se terminait. Je me sentais plutôt serein, sachant qu'elle allait, de toute façon, rentrer en France et que nous allions pouvoir discuter calmement des termes du divorce. La vie a repris le dessus, même si je ressentais encore la douleur de cette rupture inattendue. J'ai recommencé à renouer avec mes amis et à sortir. Je parlais régulièrement avec mes enfants par téléphone et Skype en attendant qu'ils me reviennent. Une page se tournait et je me devais d'avancer pour moi mais aussi et surtout, pour eux.

Ma sœur m'a inscrit de force sur un site de rencontre et je suis tombé sur Lalia, séparée elle aussi et mère de deux enfants. Après quelques échanges, nous avons convenu d'un brunch et nous nous sommes donnés rendez-vous aux Halles. Elle est venue avec une demi-heure de retard, en ayant quand même l'amabilité de m'en informer par texto. En l'attendant, je me promenais, espérant vaguement qu'elle me plante car je n'avais plus aucune envie de faire sa connaissance. Je n'étais pas un adepte de ces sites et je me disais que l'on n'y faisait que des rencontres décevantes. Juste au moment où j'allais partir, j'ai reçu un sms : ‘ Je suis enfin arrivée et je vous attends devant l'Eglise Saint-Eustache. Je porte un haut rose, je pense que vous ne pourrez pas me rater.' Je suis allé vers Saint Eustache et là, j'ai vu une jeune femme avec bel et bien un haut rose, en train de parler au téléphone. Elle avait des cheveux bouclés qui lui cachaient le visage. Elle a levé la tête, m'a vu, m'a fait un grand sourire et a raccroché. Il est évident que, vu ma taille que j'avais mentionnée sur mon profil, elle ne pouvait pas se tromper sur mon identité. Elle s'est approché de moi, m'a serré la main. Ses yeux en amande pétillaient et il se dégageait d'elle une telle joie de vivre que je me suis dis ‘ Heureusement, tu l'as attendu Stéphane ! ‘ Prudent, je m'étais engagé uniquement pour un brunch lorsque nous nous étions donné rendez-vous et là je le regrettais amèrement ! Nous avons cherché un endroit où nous pourrions déjeuner puisque, grâce à son retard, l'heure du brunch était passée. Quand elle marchait, on aurait dit une ballerine et en effet, elle me dit qu'elle faisait de la danse et que cela occupait une grande place dans sa vie. Nous nous sommes posés n'importe où. Je la regardais parler et ses mains voltigeaient comme des papillons. Elle avait un regard profond, j'avais l'impression qu'elle lisait dans mon âme. Elle était à mi-chemin entre l'Orient et l'Occident, mi aristo, mi gitane… Elle m'a avoué par la suite qu'elle aussi hésitait à me rencontrer ; elle trouvait cette démarche totalement artificielle. Quand je suis arrivé, elle était même en train de dire à sa copine qu'elle espérait que je sois fâché et que j'aie décidé d'annuler le rendez-vous. Seul bémol, elle m'a vu et s'est dit ‘ Mais qu'est-ce qu'il est beau et gracieux ! ‘ Rien à voir avec cette horrible photo sur sa fiche ! La vie tient finalement à peu de chose comme le dirait un de mes amis et il ne faut pas s'arrêter aux apparences puisque l'essentiel est invisible…

Après le déjeuner, je l'ai raccompagnée au RER avec grand regret. Elle ne parlait plus. Soudain, elle m'a demandé si je voulais aller avec elle au cinéma pour voir ‘ La Guerre des Boutons ‘. J'ai immédiatement accepté. J'avais très envie de lui tenir la main mais je n'osais pas. Le film terminé, nous nous sommes à nouveau dirigés vers le RER. Sur le chemin, ses doigts frôlaient les miens mais elle était tellement fermée que je ne savais pas si c'était par accident ou volontaire. Au bout d'un moment, elle m'a tenu la main et elle m'a regardé. On aurait dit une gamine. Nous avons passé la nuit ensemble. Elle s'est réveillée le matin et elle m'a simplement dit ‘ Tu sais, je ne sais pas où tu es dans ta vie. Moi, je n'ai pas envie de te partager avec d'autres femmes et encore moins de me donner à d'autres hommes si on décide de continuer à se voir car je sais que je peux tomber amoureuse de toi. Je ne veux pas t'imposer quoi que ce soit alors, je pars. ‘ Et, elle est partie. Je ne sais pour quelle raison, je me suis écroulé sur le canapé. Je ne connaissais cette fille ni d'Eve ni d'Adam et je ne comprenais pas ce qui m'arrivait : c'était tellement illogique. La sonnette a retenti ; c'était elle. Elle avait monté quatre à quatre les marches menant à mon petit studio. Elle avait oublié son écharpe qui, effectivement, traînait sur le tapis. Elle souriait et s'est excusée. Je l'ai prise dans mes bras et j'ai commencé à pleurer.

C'est ainsi que tout a commencé. Lalia a été la seule femme qui a réussi à me mettre à nu. J'étais heureux avec elle. J'étais moi-même avec elle. J'avais nommé cet état d'être ‘ L'effet Lalia !'. Je me découvrais à travers elle et elle se retrouvait à travers moi. Tout coulait de source. Nous étions ensemble depuis un mois qu'un beau soir, ma femme m'a appelé : ‘ J'ai annulé ma mutation. Je ne rentre plus en France !' J'ai hurlé ‘ Comment peux-tu m'enlever mes enfants ?'. Elle a raccroché en me disant que sa décision était définitive et que je devais composer avec ça. J'ai débarqué chez Lalia ; elle avait ses enfants mais ils dormaient. Je me suis écroulé et j'ai pleuré dans ses bras. J'ai pleuré comme un enfant, longtemps. Moi qui avais toujours été si fort, je ne savais pas pourquoi mais je me laissais aller avec elle… Il s'en est suivi une longue période de négociations avec Magali, qui refusait de céder un seul pouce de terrain. J'avais l'impression qu'elle se vengeait de moi en me dépouillant de tout ce que j'avais, de tout ce que nous avions construit ensemble et je ne comprenais pas cette haine. Je me demandais si elle avait trouvé quelqu'un. Un autre homme ? Une femme ? Est-ce que des amis l'influençaient ? Tout ceci était tellement obscur pour moi!

Lalia m'a rapidement présenté ses enfants qui m'ont adopté naturellement, sans se poser de questions. J'étais assez étonné d'ailleurs par la tournure que prenaient les évènements. Par la suite, elle m'a avoué qu'elle avait compris que notre histoire serait éphémère et qu'elle avait souhaité profiter de chaque seconde avant que je parte. C'était la raison pour laquelle j'avais connu aussi vite son fils de 7 et sa fille de 2 ans. Elle m'a invité à son anniversaire, toute sa tribu était présente : son ex, la copine de son ex et ses enfants. J'étais le bienvenu et cela me touchait profondément. J'ai évoqué brièvement ma situation. Son ex a trouvé les mots justes pour me réconforter. Tout était tellement harmonieux entre eux que j'en ai ressenti un pincement au cœur. Les semaines passaient et la situation avec ma femme devenait de plus en plus tendue. Je n'en voyais pas l'issu. Lalia était là, à mes côtés. Elle me faisait rire et les moments que je passais avec elle m'étaient précieux. Je ne savais pas que, pour elle, chaque jour, nous nous rapprochions davantage du moment fatidique. Un jour n'en pouvant plus de ce que Magali me faisait endurer, je lui ai dit ‘ Lalia, qu'elle garde ses gosses, qu'elle me fiche la paix… Je n'en ai rien à faire ! Je paierai ce qu'il faut payer !' Elle m'a regardé comme seule elle sait le faire et a prononcé ces mots avec une grande douceur ‘ Stéphane, tu ne peux pas. Mon père a vécu la même chose que toi et pour survivre, il devait effacer ma mère… sauf qu'en effaçant ma mère, il m'a effacée aussi. En quoi étais-je coupable de leur séparation ? En rien ! Pourtant, j'ai subi de plein fouet leur divorce. Je n'ai jamais eu de papa mais un père très responsable qui remplissait ses obligations en payant une pension alimentaire. Tes enfants ont besoin de toi ! Tes enfants ont besoin de leur papa !' Ma relation avec ma femme devenait catastrophique. Je lui faisais part de notre dernière conversation téléphonique, Lalia m'a interrompu et m'a demandé ‘ Pourquoi restes-tu à Paris ? ‘. Je l'ai juste regardée… alors elle m'a dit ‘ Je suis le grain de sable qui perturbe ta vie. Sache que les enfants passent avant tout et que je ne pourrais être avec un homme qui abandonne ses enfants pour moi ! ‘ Peu de temps après, elle m'a quitté en me disant que c'était mieux ainsi et qu'elle me conseillait de rentrer à La Réunion. Elle a ajouté ‘ Tu devrais te trouver quelqu'un là-bas… et peut-être une fois sur place les choses s'arrangeront avec ta femme et vous serez à nouveau ensemble, qui sait ? ‘ Je savais combien cela lui coûtait de prononcer cette phrase. Je savais aussi qu'elle avait raison ; je me devais de rentrer pour mes trois bouts de choux.

J'ai donc décidé de rentrer parce qu'au fond de moi-même, c'était aussi probablement ce que je souhaitais. Lalia m'avait ouvert les yeux et elle avait décidé de se retirer de ma vie pour me la faciliter. Nous nous sommes revus quelques fois avant mon départ. A chaque fois, c'était très intense entre nous et nos sentiments nous nouaient la gorge. On savourait chaque seconde. Je lui ai demandé de me suivre ; pour différentes raisons et surtout parce qu'elle ne voulait pas séparer ses enfants de leur père, elle a refusé. De toute façon, nous savions l'un comme l'autre que c'était une chimère, un rêve d'enfant. Elle m'a appelé le jour de mon départ pour me souhaiter bonne chance, en me faisant comprendre qu'il ne fallait plus que nous restions en contact et que la page était tournée. D'ailleurs, la dernière fois que j'étais allée la voir, elle s'était arrangée pour qu'une de ses amies soit présente.

Aujourd'hui les choses ne se sont pas améliorées avec Magali. Elle vit avec un homme qui a 10 ans de moins qu'elle dans la maison où je vivais avant, où j'avais monté les étagères, refait la cuisine… la salle de bain… Son compagnon intervient régulièrement dans l'éducation des enfants. Au départ, le fait qu'il soit aussi impliqué me rassurait mais au fil des mois, c'est devenu pesant. Elle continue de me mener la vie dure mais j'ai réussi à trouver un certain équilibre dans ce déséquilibre et je m'en suis fait une raison. Je pense souvent à Lalia. J'ai craqué et je l'ai appelée. Je voulais avoir de ses nouvelles, savoir ce qu'elle devenait et si elle avait un homme dans sa vie. Elle a été très surprise, n'a pas répondu à toutes mes questions et m'a parlé comme on parle à un ami. Je lui ai demandé des nouvelles de sa tribu. Son ex et sa copine avaient eu beaucoup de problèmes entre eux. L'harmonie de sa tribu avait volé en morceaux. Elle m'a demandé à son tour de mes nouvelles. Lalia avait toujours eu ce don de me mettre à nu ; j'avais confiance en elle. Je lui ai parlé pendant une heure et elle m'a écouté. Elle devait raccrocher. Je lui ai demandé si on pouvait se parler par Skype de temps à autres… Et elle m'a juste dit ‘ C'est une très mauvaise idée, Stéphane… Tu devrais poursuivre ta vie et avancer sur le chemin qui sera le tien. Tu sais… rien n'est le fruit d'un hasard. Tu m'as certainement rencontrée pour une raison donnée et aujourd'hui cette raison n'est plus car la mission est achevée. Je te souhaite une belle continuation. ‘ Je me suis rendu compte que la page était vraiment tournée avec elle.

La vie tient à peu de chose. Si ma sœur ne m'avait pas inscrit de force sur ce site, je n'aurais probablement jamais rencontré Lalia, qui a été le rocher sur lequel j'ai pu me reposer pour prendre les bonnes décisions et aller de l'avant. D'ici un an ou deux, je vais certainement rentrer en France. Je veux m'installer à Toulouse. Je ne pense pas que je reverrai Lalia mais nous avons vécu une belle histoire même si elle a été courte. Je reste persuadée que si le contexte avait été différent, nous serions aujourd'hui ensemble et nous formerions une belle et grande famille recomposée à nous sept. Nos enfants grandiraient et nous, nous vieillirions ensemble. Et, je ne peux m'empêcher de sourire quand je pense que nous n'avions aucune envie de nous rencontrer, que nous nous demandions ce que l'on faisait aux Halles et quelle mouche nous avait piqués de nous inscrire sur un site de rencontre, voire pire d'organiser ce brunch !

Stéphane

Publié le 18/07/2013

Site de rencontre sérieux SITE DE RENCONTRE SERIEUX - UnDeuxToi.com